Investir dans le neuf

Découvrez tous les avantages de l'investissement dans l'immobilier neuf
Vos résultats de recherche

Investir dans le neuf

Quel sont les avantages à investir dans l'immobilier neuf ?

Les différents dispositifs de défiscalisation (loi Pinel, LMNP…) permettent de réduire ses impôts chaque année, tout en rentabilisant rapidement son investissement.

De plus, nous proposons des assurances locatives adaptées aux besoins des investisseurs et négociées à des prix attractifs. Ainsi, vous pouvez bénéficier de la garantie loyers impayés, de la garantie vacance locative et de l’assurance multirisque habitation propriétaire/bailleur.

N’hésitez pas à nous contacter, car c’est le moment d'investir dans l'immobilier neuf

Fiscalité de l'immobilier neuf

La loi Pinel : La loi Pinel permet d’obtenir jusqu’à 63 000 € de réduction sur ses impôts. Édictée dans le but de doper l’investissement locatif en incitant les particuliers à investir dans des villes « tendues » (où une adéquation entre l’offre et la demande locative est avérée), la loi Pinel propose une fiscalité des plus avantageuses.

LMNP / LMP : Investir en tant que loueur en meublé permet, à terme, de se constituer une rente défiscalisée. S’il a été financé via un prêt immobilier, un investissement locatif traversera deux phases. Au cours de la phase de financement par emprunt bancaire, les loyers perçus compenseront tout ou partie des intérêts du crédit. Puis lors de la phase « post-crédit », les amortissements reportés viendront s’imputer sur les revenus.

Censi-Bouvard : ce dispositif permet de bénéficier d’une réduction d’impôt en cas d’investissement locatifs meublés dans certaines structures (établissement social ou médico-social, résidence de services pour personnes âgées, handicapées…)

Impôts et taxes

Lorsqu’un propriétaire loue un ou plusieurs bien(s), il doit déclarer les revenus perçus dans la catégorie «revenus fonciers».

Il lui revient donc de déclarer les loyers mais également les recettes supplémentaires, les dépenses prises en charge par le locataire ou encore la valeur locative d’éventuels logements vacants.

Tous les loyers perçus sur l’année doivent être déclarés, y compris les arriérés ou les avances de loyer d’une année sur l’autre. Le montant déclaré est celui spécifié sur le bail.

A contrario, le propriétaire n’a pas à déclarer les loyers impayés s’il a entamé une procédure de réclamation. Sans preuve de ces démarches, les impayés doivent faire l’objet d’une déclaration.

Attention, toute autre indemnité versée par le locataire, une indemnité de résiliation par exemple, doit être déclarée.

Seul le dépôt de garantie ne fait pas l’objet d’une déclaration l’année de sa perception. Mais s’il sert à financer des impayés ou des travaux en fin de bail, il devra alors être déclaré.

La taxe foncière est due par le propriétaire ou l’usufruitier d’un logement au 1er janvier de l’année d’imposition. Toutes les propriétés bâties sont soumises à cet impôts (maison, appartement, commerce, place de parking…).

La taxe foncière est calculée en fonction de la valeur locative du logement. La moitié de cette valeur est multipliée par les taux d’imposition votés par chaque collectivité.

Le financement

Financement immobilierMême si certaines banques accordent des financements à 100% – voire 110% – pour un achat immobilier neuf, la majorité d’entre elles demandent un apport personnel. Cet apport est souvent perçu comme un gage de sérieux de l’emprunteur.

L’épargne est un bon moyen de se constituer un apport personnel. Même si les taux des livrets ne sont pas avantageux, leurs rendements sont souvent défiscalisés.

Le PEL (Plan d’épargne logement) et CEL (Compte Epargne Logement) ont la particularité d’être dédiés à un projet immobilier. Ils permettent d’obtenir des taux de prêt adaptés et de bénéficier d’une prime de l’Etat. Si les taux proposés via le PEL ne sont pas suffisamment intéressants à une période donnée, le capital présent sur le plan constituera l’apport personnel de l’emprunteur.

Enfin, un contrat d’assurance-vie n’est pas un instrument à négliger puisqu’il offre des rendements bien souvent supérieurs aux livrets disponibles.

Certains acheteurs préfèreront réaliser un investissement locatif dans un premier temps pour le mettre ensuite en location et d’éventuellement revendre le bien locatif au moment d’acheter sa résidence principale. La plus-value (et l’amortissement en parallèle du prêt) constitue alors l’apport personnel.

A vous de choisir la solution qui vous convient ! Mais n’oubliez pas que l’absence d’apport personnel n’est pas un frein à un projet immobilier.

Comparer les annonces